Comment calculer ses impots ?

Grâce à ce guide, vous découvrirez comment calculer facilement vos impôts et vous pourrez ainsi mieux anticiper le montant que vous aurez à régler à l’administration fiscale. Chaque année, les contribuables doivent payer des impôts sur leurs revenus. Le calcul de ces impôts se base principalement sur leur revenu net imposable et différents facteurs comme le quotient familial, les abattements ou encore, les salaires perçus.

Calculer ses impôts

1. Déterminer son revenu net imposable

Pour calculer votre impôt, il est essentiel de connaître votre revenu net imposable. Il correspond au montant total de vos revenus moins les charges déductibles (frais professionnels, pensions alimentaires, etc.). Pour obtenir cette information, prenez en compte tous les revenus que vous avez perçus durant l’année :

  • salaires, traitements et indemnités;
  • retraites, pensions et rentes viagères;
  • bénéfices industriels et commerciaux (BIC);
  • bénéfices non commerciaux (BNC);
  • bénéfices agricoles (BA);
  • revenus fonciers;
  • dividendes, intérêts et plus-values mobilières;

Une fois tous ces revenus pris en compte, soustrayez les charges déductibles pour obtenir votre revenu net imposable.

2. Prendre en compte le quotient familial

Le quotient familial est un mécanisme qui permet d’adapter l’impôt à la situation familiale du contribuable. Pour calculer ce quotient, vous devez diviser votre revenu net imposable par un certain nombre de parts fiscales. Le nombre de parts dépend de votre situation :

  • 1 part pour un célibataire sans enfant;
  • 2 parts pour un couple marié ou pacsé sans enfant;
  • une demi-part supplémentaire par enfant à charge (1 part entière à partir du 3e enfant).

Ainsi, plus le nombre de parts fiscales est élevé, moins l’impôt sera important.

Exemple de calcul du quotient familial

Imaginons un couple marié avec deux enfants à charge et un revenu net imposable de 50 000 euros. Leur nombre de parts fiscales serait de :

  1. 2 parts pour le couple;
  2. 0,5 part pour le premier enfant;
  3. 0,5 part pour le second enfant.

Le quotient familial serait donc de 50 000 / (2 + 0,5 + 0,5) = 25 000 euros.

3. Appliquer les abattements spécifiques

Dans certains cas, des abattements peuvent être appliqués sur le revenu net imposable. Par exemple :

  • un abattement de 10% sur les salaires, pensions et rentes viagères à titre gratuit;
  • un abattement forfaitaire pour frais professionnels pour les BIC, BNC et BA;
  • des abattements spécifiques en fonction de votre situation (personnes âgées, personnes invalides, etc.).
A lire aussi  Entretien d'embauche : Savez-vous quelles questions poser pour impressionner votre recruteur ?

Pensez à vérifier si vous êtes éligible à ces abattements pour ajuster votre revenu net imposable en conséquence.

4. Calculer l’impôt brut

Une fois que vous avez déterminé votre revenu net imposable après abattements et divisé par le quotient familial, vous pouvez calculer l’impôt brut. Pour cela, il suffit d’appliquer le barème progressif de l’impôt sur le revenu, qui comporte plusieurs tranches :

  1. 0 % jusqu’à 10 084 euros;
  2. 11 % de 10 085 à 25 710 euros;
  3. 30 % de 25 711 à 73 516 euros;
  4. 41 % de 73 517 à 158 122 euros;
  5. 45 % au-delà de 158 123 euros.

Pour chaque tranche, multipliez le taux d’imposition par la part du revenu concernée. Additionnez ensuite les résultats obtenus pour chaque tranche pour obtenir l’impôt brut.

Exemple de calcul de l’impôt brut

Prenons l’exemple d’un célibataire sans enfant avec un revenu net imposable de 25 000 euros. Son impôt brut serait calculé de la manière suivante :

  1. Tranche à 0 % : 0 x 10 084 = 0;
  2. Tranche à 11 % : 0,11 x (25 000 – 10 085) = 1 640,65.

L’impôt brut serait donc de 1 640,65 euros.

5. Appliquer les crédits et réductions d’impôt

Enfin, n’oubliez pas de prendre en compte les éventuels crédits et réductions d’impôt auxquels vous êtes éligible. Ces avantages fiscaux peuvent concerner divers domaines comme :

  • les dons aux associations;
  • les investissements locatifs;
  • les dépenses liées à l’accueil d’une personne âgée ou handicapée;
  • les frais de garde des enfants de moins de 6 ans;
  • les dépenses pour l’emploi d’un salarié à domicile.

Il est important de bien connaître ces dispositifs afin de profiter au maximum des allègements fiscaux proposés par l’administration.

En suivant ces étapes, vous serez en mesure de calculer vos impôts avec précision et d’anticiper le montant que vous aurez à payer. Pensez également à vous renseigner sur les éventuels changements législatifs ou fiscaux qui pourraient impacter votre situation.